bandeau imageDRDJSCS Normandie

DRDJSCS Normandie

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>SPORT >Sport de haut-niveau >Les skipers normands Sofian Bouvet et Jérémie Mion sacrés Champions d’Europe en 470

Les skipers normands Sofian Bouvet et Jérémie Mion sacrés Champions d’Europe en 470

Article Sport de haut-niveau 14/04/2016

Le championnat d’Europe Open qui se jouait à Palma de Majorque a souri aux français en 470 hommes avec la victoire avec Sofian Bouvet & Jérémie Mion qui terminent deuxième au général (1er Européens). Camille Lecointre & Hélène Defrance sont malheureusement passées à côté et se classent 9ème.

Gildas Philippe, l’entraîneur des 470 hommes et femmes revient sur la compétition : « Nos méthodes de travail avec les deux équipages semblent bien fonctionner, le fait que les deux bateaux s’entraînent désormais ensemble et l’aide précieuse que nous avons de Philippe Mourniac est un vrai plus qui porte ses fruits. Les filles font une erreur qui leur coûte cher sur la Medal Race, mais elles ont fait une bonne semaine, quant aux garçons, ils terminent en beauté en gagnant la Medal Race et avec de vrais progrès. Nous sommes venus sur cet Euro de 470 avec des objectifs de travail sur lesquels nous souhaitions insister : du portant pour les filles, un travail sur les départs pour les garçons. Leur programme est chargé en ce début de saison, entre le mondial, les Championnats d’Europe et l’étape de Coupe du monde de Hyères qui arrive fin avril, il faut réussir à gérer tout cela pour travailler au mieux les différents points. »

Sofian Bouvet, barreur : « Ce n’était pas simple car la régate a commencé difficilement, mais nous nous sommes concentrés, chaque point comptait. Ce résultat est une belle récompense. Nous étions à l’aise en vitesse, cela fait plaisir et particulièrement de finir avec une victoire sur la Medal Race. Il y avait des schémas tactiques très différents d’une journée à une autre, la vision de notre entraîneur a été précieuse pour nous. Cela nous a permis de faire moins d’erreurs et de gagner des points pour recoller les adversaires. Nous nous sommes retrouvés dans une position idéale avant la grande finale. Enfin, nous avions des objectifs de travail sur les départs, nous les avons tous réussi, c’est une vraie satisfaction. »

Jérémie Mion, équipier  : « Nous sommes arrivés sur le Championnat d’Europe en sachant que ce ne serait pas une régate facile, car nous sortions d’une super performance sur les Championnats du monde (3e), de notre sélection pour les Jeux Olympiques et d’une importante semaine physique. Nous ne nous sommes pas économisés, nous avons tout donné, et chaque jour nous avons remonté des places au classement pour faire Champions d’Europe et second au général. Il a fallu se serrer les coudes toute la semaine. Le travail que nous faisons avec Gildas Philippe, les filles et Philippe Mourniac est vraiment super. Philippe nous apporte un vrai plus avec son œil extérieur d’expert, tant sur l’analyse tactique, que sur notre relations avec Sofian. L’aspect communication dans un équipage est hyper important, c’est un enjeu majeur en vue de Rio cet été. »

Camille Lecointre, barreuse : « Avant la Medal Race, nous étions encore dans la course pour la 3e place européenne, mais j’ai fait une erreur, en manquant la bouée en bas du parcours, nous avons essayé de réparer notre faute, mais cela n’a pas suffi, nous nous sommes fait disqualifiées. C’est vraiment énervant, car nous avons fait un très bon départ, nous passons la bouée au vent en tête, mais j’étais tellement focalisée sur notre axe de travail (la navigation au portant) que j’ai manqué la bouée. »

Hélène Defrance, équipière : « Nous avons abordé ce Championnat d’Europe, dans la continuité de notre entraînement, nous sommes arrivés juste avant le début de la compétition. Il y a eu du bien et du moins bien, mais nous étions surtout concentrées sur les objectifs de travail, plus que sur un résultat dans le classement. Nous aurions bien entendu préféré terminer mieux classées, mais je sais ce qu’on est capables de faire ! ».

Peu après cette consécration, Jérémie est revenu sur sa performance : « Nous sommes arrivés sur le Championnat d’Europe en sachant que ce ne serait pas une régate facile, car nous sortions d’une super performance sur les Championnats du monde (3ème), de notre sélection pour les Jeux Olympiques et d’une importante semaine physique. Nous ne nous sommes pas économisés, nous avons tout donné, et chaque jour nous avons remonté des places au classement pour faire Champions d’Europe et second au général derrière les Australiens. Il a fallu se serrer les coudes toute la semaine. Le travail que nous faisons avec Gildas Philippe (entraîneur national), les filles (Camille LECOINTRE et Hélène DEFRANCE, sélectionnées olympiques en 470) et Philippe Mourniac (ancien coureur de haut niveau) est vraiment super. Philippe nous apporte un vrai plus avec son œil extérieur d’expert, tant sur l’analyse tactique, que sur notre relations avec Sofian. L’aspect communication dans un équipage est très important, c’est un enjeu majeur en vue de Rio cet été. »

Cédric Chateau – le team manager du Normandy Elite Team – a recueilli le témoignage de Jérémie :

CC : Jérémie, tout d’abord un grand bravo pour votre performance de la part de toute l’équipe. Peux-tu nous dire lequel de tes deux titres européens te marque le plus
JM : C’est une question piège !! (Rires…) Je vais te faire une réponse de normand : les deux ! Le premier marque évidement parce que c’étaittout nouveau, c’étaitl’arrivée dans la cour des grands, la première fois où il y a une grosse mise en lumière sur notre équipage, bref c’étaitexceptionnel !
Ce second titre, il a quand même une saveur particulière : on l’a gagné avec un statut qui n’est pas le même. En 2013 nous étions des outsiders, sans pression et rien à perdre. Le remporter cette année en arrivant avec une posture de favori qu’il faut endosser et gérer, ce n’est pas la même chose ! Et puis ensuite, comme le vin, il y a les bonnes années. En 2013, un an après les jeux olympiques, le niveau sur un championnat d’Europe est moindre que sur une année olympique avec tous les sélectionnés olympiques présents sur la compétitions ! Ce titre a vraiment été acquis durement !

CC : Depuis quelques régates, j’ai l’impression que vous avez acquis votre propre style… L’an dernier, vous passez grâce à une super « medal race » (NDLR : la manche finale coef 2) de 5 à 2 sur le Test Event de Rio. En février dernier vous ré-éditez en vous emparant de la médaille de bronze au mondial en faisant 2nd de la medal race et hier, vous gagnez cette fameuse dernière course et vous passez de 3ème à champion d’Europe !!! C’est quoi votre style Un vieux diesel qui met du temps à chauffer ou les super héros de la medal race
JM : (Rires…) Je vais être obligé de faire une autre réponse de normand : c’est un peu des deux ! C’est vrai que notre spécialité n’est pas forcément le début de compétition pourtant on ne change rien dans notre préparation entre le début d’une régate et la fin. Bref c’est un axe de travail pour notre équipage. Et puis, c’est vrai qu’on est plutôt fortssur les fins de régate. Ça c’est quand même encourageant parce que ça veut dire que lorsqu’il faut être présent et qu’il y a de l’enjeu, on est au rendez vous. C’est plutôt bon signe. Et c’est peut être finalement ça le truc ! On est peut être plus performant quand il y a de l’enjeu et de la pression. En tout cas, je l’espère parce que cet été à Rio il y en aura …
CC : Et maintenant, quel est votre programme ?
JM : On va retourner naviguer à Rio pour s’habituer au plan d’eau car il y a beaucoup de zones de compétition à maîtriser et cela prend du temps pour bien les connaître. Et puis on a des pistes de travail pour nous améliorer… Alors on va travailler dur pour être prêtsen août ! Je reviendrai également en juin en Normandie entre le Havre et Deauville sur le village de la Solitaire du Figaropour voir mes amis et remercier ceux qui m’aident.

CC : Merci pour tes réponses et bravo à Sofian et toi pour tout votre travail et vos excellents résultats.
JM : Merci Cédric et un grand merci au Normandy Elite Team, à tous les partenaires qui me soutiennent. Merci merci et merci !