bandeau imageDRDJSCS Normandie

DRDJSCS Normandie

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>COHESION SOCIALE, HEBERGEMENT >Citoyenneté >Nouveau plan VIGIPIRATE jusqu’au 20 mars 2017 : Le rôle des citoyens en matière de vigilance

Nouveau plan VIGIPIRATE jusqu’au 20 mars 2017 : Le rôle des citoyens en matière de vigilance

Article Citoyenneté 7/12/2016

Chaque citoyen a un rôle à jouer dans la prévention d ’un passage à l’acte violent. En signalant un comportement dangereux, vous pouvez éviter qu ’un acte criminel soit commis ou limiter sa portée, et ainsi sauver des vies. Un nouveau plan Vipirate renforcé, appelé "Transition 2016-2017" est entré en vigueur le 1er décembre 2016.

POURQUOI SIGNALER UN COMPORTEMENT SUSPECT ?
En étant attentif à son environnement quotidien, tout citoyen peut remarquer et signaler des faits, objets ou comportements pouvant indiquer un possible passage à l’acte. L’expérience a montré que de simples indices repérés par un passant ou par un voisin pouvaient permettre de prévenir une attaque terroriste.
L’organisation d’un attentat requiert le plus souvent une préparation et des moyens humains et matériels. La plupart des attaques terroristes font d ’abord l’objet d’un repérage pour identifier les mesures de sécurité mises en place afin de les contourner, les chemins d’accès, etc.
A l’occasion des différentes phases de l’élaboration d’une telle opération, les terroristes sont contraints, à un moment ou à un autre, de s’exposer.

COMMENT DETECTER UN COMPORTEMENT SUSPECT ?
La préparation d’une action terroriste n’a pas toujours la perfection que l’on imagine. Des incohérences apparaissent et vous pouvez les détecter. Faites appel à votre bon sens et à votre intuition. Vous devez savoir vous étonner de ces
incohérences et vous demander si cela ne mérite pas un signalement.
Il faut par conséquent apprendre à être un observateur de son environnement (voisinage, vie professionnelle, transports en commun, etc.).

COMMENT SE PREPARE UN ACTE TERRORISTE ?
Comprendre la manière dont se planifie une action violente peut vous aider à déceler certains indices de préparation.
Quel que soit le niveau d ’expérience des terroristes, ils prépareront leur action de la manière suivante : choix des cibles, préparation de l’action et mise en place.

Le choix des cibles
Les actions terroristes peuvent viser des cibles symboliques (des personnalités, une communauté, un corps de métiers représentant 1’Etat, etc.) ou indifférenciées (population dans son ensemble) pour créer un climat de terreur et/ou toucher les intérêts économiques du pays.

La préparation de l’action
Les terroristes conduisent nécessairement des reconnaissances de la cible visée pour en identifier les vulnérabilités et déterminer le mode d’action qui leur permettra d’atteindre l’objectif visé :

  • Reconnaissance physique du site ciblé, seul, en binôme ou en groupe (possible communication par gestes, chronométrage, présence d’une même personne sur le même lieu plusieurs fois sans raison apparente, stationnement pro longé d’un véhicule avec des personnes à bord, etc.) ;
  • Rassemblement d’un maximum d’informations sur la cible : recherches de complicités internes ; demandes de renseignements sur les mesures de sécurité par le biais de discussions en apparence anodine ;
  • Observation de la manière dont se déroulent les contrôles de sécurité voire test de ces mêmes contrôles via de fausses alertes (type alerte à la bombe) ; prises de vues (photographie ou film) des infrastructures du site ciblé et du dispositif de protection mis en pl ace (porte d’entrée d ’un ministère, patrouille de militaires, etc.) ; prises de notes sur les dispositifs de sécurité (plan du site, positionnement des caméras de surveillance, des portes d’entrées et de sortie, etc.) ;
  • Recherches d ’information s par internet (réseaux sociaux, plans et vues aériennes, etc.) ; utilisation de techniques de dissimulation ou de camouflage.

La phase précédant l’action
Un individu sur le point de commettre une attaque terroriste dissimulera probablement des armes : couteau , fusil d’assaut , arme de poing, ceinture d ’explosifs, munitions, etc.

Il aura donc une tenue adaptée et pourra :

  • porter un sac anormalement lourd ou déformé par une arme ;
  • porter des protections (genouillères, gilet pare-balle) ;
  • avoir une tenue inappropriée pour la saison ou suffisamment ample pour cacher une arme ;
  • dissimuler une arme d ans le dos afin de franchir un point de contrôle qu i se limiterait à l’ouverture des vestes sans palpation ;
  • montrer des signes de nervosité ou de méfiance en contraste avec l’environnement.

Une attaque à l’explosif peut également être réalisée. Certaines situations doivent vous alerter :

  • un colis ou un sac abandonné. Un sac positionné dans un lieu de passage important doit entraîner un signalement ;
  • un véhicule en stationnement prolongé depuis longtemps à proximité d’un lieu de rassemblement (marché, lieu de culte, etc.) ou d’un site sensible (mairie, ambassade, etc.).

COMMENT SIGNALER ET REAGIR ?

Si vous êtes témoin d’un comportement suspect, restez discret.
Observez et mémorisez des élément s objectifs qui pourraient être transmis à la police ou à la gendarmerie nationale (plaque d’immatriculation, modèle de véhicule, description précise des individus, direction de fuite, etc.).
Pour que votre signalement puisse être utile aux forces de sécurité intérieure, les éléments objectifs que vous pourrez donner sont absolument essentiels.

Appelez les forces de sécurité intérieure au 17, 112 (ou 114 pour les personnes ayant des difficultés à entendre et à parler)