bandeau imageDRDJSCS Normandie

DRDJSCS Normandie

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>JEUNESSE ET VIE ASSOCIATIVE >Mobilité européenne et internationale >Mobilité et citoyenneté européenne des jeunes des quartiers prioritaires

Mobilité et citoyenneté européenne des jeunes des quartiers prioritaires

Article Mobilité européenne et internationale 27/04/2017

Le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et l’agence nationale pour les chèques vacances (ANCV) ont établi un partenariat permettant de renforcer la mobilité et la citoyenneté européenne des jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville. En Normandie, l’appel à projet 2017 concerne le département de Seine-Maritime.

Objectif de cet appel à projets

Favoriser le départ en vacances des jeunes en France et en Europe

Qui peut en bénéficier ?

Les jeunes âgés de 16 à 25 ans n’étant jamais ou rarement partis en vacances et habitants au sein d’un quartier prioritaire de la politique de la ville.

A qui s’adresse cet appel à projets ?

Les organismes à vocation socio-éducative, sociale, médico-sociale de statut associatif, public et parapublic, ayant au moins un salarié temps plein à l’année
- En priorité ceux implantés au sein des quartiers prioritaires de la politique de la ville.
- Les structures déjà soutenues dans le cadre du précédent dispositif CGET/ANCV, et qui n’auraient pas retourné leurs formulaires de bilan sont inéligibles au dépôt de tout nouveau dossier.

Quels types de projets ?

Durée de 4 jours (3 nuits) à 14 jours (13 nuits).
Durant ou hors des périodes de congés scolaires
En Union Européenne, et subsidiairement en France
Des projets :
- collectifs, autonomes (jeunes sans encadrement de plus de 18 ans) : groupes limités à 4 jeunes, et deux groupes émanant de la même structure ne peuvent partir sur la même destination de vacances durant la même période,
- ou accompagnés (jeunes de moins de 18 ans) : il projet devra répondre à la réglementation Jeunesse et Sports,
Implication des bénéficiaires dans la préparation des projets : construction du projet, mise en œuvre d’action d’autofinancement, choix des destinations/ activités, implication dans la réalisation du budget…
Mise en œuvre dans le cadre du volet Jeunesse des contrats de ville.
Les projets dont le coût journée par personne est plafonné à 100 € (coût total du séjour / nombre de jeunes / nombre de jour). Le seul coût du séjour est pris en compte, hors éventuel amortissement du matériel ou frais de personnel.
Une possibilité de dérogation concerne les projets supposant des équipements spécifiques comme des jeunes porteurs d’handicap et justifiant la mobilisation de moyens particuliers. Cette demande devra être explicitée dans le dossier CERFA.
Les projets garantissant une participation, même symbolique, des bénéficiaires
Les projets bénéficiant de l’implication financière du service porteur du projet.
- Les projets émanant de structures publiques devront faire état d’un niveau d’autofinancement à hauteur de 20 % minimum, au-delà de la seule valorisation des frais éventuels d’encadrement / de coordination/ de logistique (ex : services jeunesse des municipalités, clubs de prévention agrées par les conseils départementaux, etc.).
Les projets ne cumulant pas le bénéfice de plusieurs aides émanant directement ou indirectement de l’ANCV et du CGET, ne doivent pas être mis en œuvre au moment de leur présentation en commission d’attribution.

Quel montant d’aide ?

Le soutien financier de l’ANCV et du CGET ne pourra dépasser les 50% du coût total (les frais généraux, de personnel et d’amortissement sont à exclure) du projet plafonné à :
300 €/jeunes pour les séjours en France
400 €/jeunes pour les séjours en Europe